Lettre de l'Ad'AP n°1 - 16 février 2015
 

Edito

Il y a dix ans, la France votait une loi centrale pour la prise en compte des personnes handicapées dans la société française. Il y a dix ans, le législateur insistait sur la notion d’accessibilité et affirmait la responsabilité de l’environnement et de l’ensemble de la société française dans la lutte contre les discriminations à l’encontre des personnes en situation de handicap. L’objectif était ambitieux, mais néanmoins nécessaire : mettre en place un modèle inclusif plus respectueux, plus juste, plus égalitaire. Il ne s’agissait plus aux personnes handicapées de s’adapter autant que possible à l’environnement dans lequel elles étaient obligées d’évoluer, mais bien à cet environnement, à la collectivité de tendre enfin une main afin de permettre à tous ses citoyens de vivre et de se déplacer dignement. La loi donnait dix ans à la société pour se rendre accessible. C’est le temps qu’il lui a fallu pour changer sa mentalité et intégrer l’idée d’accessibilité et de responsabilité environnementale. Ainsi, en dix ans, le paysage s’est sensiblement modifié et partout l’on constate, au détour d’un trottoir, d’un carrefour, d’une porte d’entrée ou encore d’une caisse de paiement, des changements, des améliorations. Cependant, le chantier est encore loin d’être achevé, et nous n’avons d’autre choix que d’aller au bout de ce projet sociétal d’envergure. C’est dans ce but que les Agendas d’Accessibilité Programmée ont été créés : pour poursuivre le travail engagé et accompagner notamment les gestionnaires et les responsables d’ERP, qui ont un rôle central dans cette mutation. Et c’est pour toutes ces raisons que la DMA vous propose un journal de l’Ad’AP pour partager ensemble les avancées que ce nouvel outil va permettre de réaliser.
Marie Prost-Coletta.

2015, les Ad’AP et moi, ERP de 5e catégorie

2015, les Ad’AP et moi, ERP de 5e catégorie*

Les Ad’AP (Agenda, d’Accessibilité Programmée), dans la continuité de la loi du 11 février 2005 sont une passerelle entre les objectifs de la loi concernant la mise en accessibilité de la société française et les échéances qu’elle avait fixées d’un côté, et de l’autre la réalité du terrain au 1er janvier 2015.
Les Ad’AP constituent un moyen de rattrapage pour se mettre en conformité avec la loi et avec l’esprit d’une société plus inclusive, meilleure pour tous.
Tous les gestionnaires ou propriétaires d’ERP sont concernés par les Ad’AP, que l’établissement soit d’ores et déjà accessible ou non.
Si mon établissement est en conformité avec les normes d’accessibilité :
Les démarches sont rapides et simples. Il s’agit de prouver la conformité à travers le dépôt d’une attestation d’accessibilité et ce, avant le 1er mars 2015. J’y joins toutes les pièces venant certifier de cette accessibilité.
Si mon établissement n’est pas en conformité avec les normes d’accessibilité :
J’entre dans le cadre de l’Ad’AP et je dois monter et déposer avant le 27 septembre 2015 un dossier d’agenda d’accessibilité programmée, à la mairie de la commune de l’établissement. Pour ce faire, je dois remplir un Cerfa « Agenda d’accessibilité programmée » disponible sur le site www.accessibilité.gouv.fr, l’accompagner du descriptif du bâtiment, des phasages des travaux qui peuvent s’étaler sur trois ans, des moyens financiers mobilisés.

* pour connaître la catégorie de votre ERP :
http://www.developpement-durable.go…

Le bon sens : le secret d’une mise en accessibilité réussie

Le bon sens : le secret d’une mise en accessibilité réussie

Au-delà des travaux, des aspects techniques et financiers, l’accessibilité passe en grande partie par l’humain et la posture de chacun vis-à-vis du handicap. En effet, les difficultés résiduelles pourront toujours être compensées par un personnel qui l’est et qui est attentif aux besoins de ses clients et usagers. Ainsi, le simple désir de faire un accueil de qualité permet souvent de se poser les bonnes questions et d’apporter des réponses et des solutions judicieuses, pertinentes et, surtout, peu coûteuses. Pour vous aider dans cette approche, va bientôt être mis à disposition un fascicule inclus dans le registre d’accessibilité dont tous les ERP vont devoir se doter.
Les attentes des personnes handicapées sont simples et légitimes : être reconnues comme des personnes à part entière et pouvoir accéder à n’importe quel lieu, bien ou service. Nous sommes tous habitués à prêter une attention plus particulière à nos aînés parce que nous les savons plus fatigables et plus fragiles, nous sommes nombreux à nous adapter naturellement à ces clients ou usagers et cela nous semble normal. Nous allons donc spontanément parler un peu plus fort, l’aider à se repérer ou à compter sa monnaie, lui proposer un siège pour soulager l’attente… Il en va de même pour les personnes handicapées. De petites attentions peuvent parfois suffire à rendre un service accessible et de qualité.

  • Se montrer à l’écoute et considérer la personne en situation de handicap comme un client ou un usager ordinaire.
  • Avoir en tête les principales difficultés pour chaque type de handicap et y proposer des aides humaines :
    >le handicap visuel entraînant des difficultés de déplacement et de perception de l’environnement, proposez d’accompagner la personne si elle est amenée à se déplacer, compensez par des descriptions orales la déficience visuelle. En d’autres termes, soyez ses yeux !
    >le handicap auditif entravant plus ou moins fortement la communication orale, adaptez-vous et proposez d’autres vecteurs de communication comme l’écrit, l’image ou les gestes.
    >le handicap moteur impactant principalement les déplacements et la station debout, assurez-vous que les espaces de cheminement permettent un déplacement sécurisé et proposez de quoi s’asseoir.
    >les handicaps cognitif et psychique ayant une incidence sur le rapport à l’autre et la communication, montrez-vous patient et bienveillant, installez un climat rassurant et de confiance.

L’exemple du Fruity Café de Caen

The Fruity Cafe

Depuis 2012, The Fruity Café propose des jus de fruits et légumes frais, des smoothies, des cocktails, une restauration rapide et toutes les boissons traditionnellement servies dans un café.
La caractéristique première de cet établissement est que les clients valides ne remarquent pas l’accessibilité très appréciée des usagers réguliers qui le fréquentent, notamment les personnes en fauteuil qui apprécient le plan incliné à l’entrée, le bar à niveau, les sanitaires de plain-pied et l’accueil du personnel sensibilisé au handicap.
L’aménageur du lieu a travaillé les contrastes entre couleurs pour garantir un espace coloré pour tous, en lien avec l’activité de l’établissement, et accessible aux personnes malvoyantes et aux personnes déficientes mentales.
Il a reçu le label Tourisme et Handicap pour les quatre handicaps : moteur, visuel, mental et auditif.

La lettre de l’Ad’AP n°1

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les Ad’AP sans jamais oser le demander !

 

Chiffres clés

Des besoins

de grande ampleur

les chiffres du handicap

6 millions de personnes concernées par une limitation physique
dont 594 000 utilisateurs de fauteuil roulant ;
5,4 millions de personnes concernées par un handicap auditif ;
3,3 millions de personnes ont souffert de troubles psychiques au cours des douze derniers mois ;
2,4 millions de personnes handicapées mentales ;
2 millions de personnes avec poussette ;
1,7 millions de personnes concernées par un handicap visuel ;
805 000 femmes enceintes tous les ans ;
35,4 % des personnes déclarent des difficultés pour accomplir certaines activités de la vie quotidienne et se considèrent comme entravées dans leur mobilité ;
9,1 % de la population a plus de 75 ans ;

Date clé

1er mars 2015

Date limite pour envoyer l’attestation d’accessibilité pour les établissements conformes au 31 décembre 2014.
Pour aller plus loin :
http://www.developpement-durable.go…