PDA N°05 - Décembre 2011
 

Editorial

De Durban… à Tulle, le raccourci géographique n’est-il point trop ambitieux? Peut-être pas !


A Durban, les 194 pays présents à cette 17° Conférence ont trouvé un accord, celui de signer un Pacte Climatique pour 2015. Parmi les points forts, figure le maintien de l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter l’augmentation du réchauffement climatique à 2°c.

A Tulle, les agents de l’État déclinent avec conviction le Plan de Déplacement des Administrations et notamment son action 11 "Sensibiliser les agents à la pollution atmosphérique et aux émissions de gaz à effet de serre".

En ce début d’année 2012, nous levons un premier voile dans ce numéro sur le chemin déjà parcouru en 6 mois quant aux actions concrètes mises en œuvre.

A notre lectorat fidèle et impatient, nous donnons rendez-vous au comité de pilotage du 1° trimestre 2012 pour le bilan complet de nos réalisations collectives.

Yves CLERC
Yves CLERC
Directeur Départemental des Territoires Adjoint

Pourquoi faut-il lutter contre les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES)?

Un principe d’effet de serre sans qui la vie ne pourrait exister…

L’effet de serre est un phénomène naturel important pour la survie de la planète.
Il permet d’avoir une température moyenne sur Terre de 15° C contre -18°C si cet effet n’existait pas.

Les gaz à effet de serre vont réfléchir vers la Terre une partie des rayons infrarouges qui ont été dans un premier temps eux mêmes réfléchis par la croute terrestre. Le schéma suivant présente ce phénomène.

Ainsi, la température terrestre va augmenter naturellement, et dans le cas de notre chère planète bleue, cela va permettre le développement et le maintien de la vie.

…mais qui peut devenir dangereux une fois dérégulé par les activités humaines

Si l’on émet trop de GES, le principe d’effet de serre va provoquer une augmentation excessive de la température terrestre. Depuis la fin des années 1970 et l’avènement d’activités humaines de plus en plus émettrices de GES, la température terrestre n’a cessé d’augmenter.
Sur le graphique suivant, il est d’ailleurs flagrant que depuis 1980, la température globale de la planète a très fortement augmenté.

Depuis une centaine d’année la concentration en GES dans l’atmosphère a augmenté d’environ 30%, mais depuis une dizaines d’année cette augmentation s’est fortement accélérée, et les conséquences pourraient être catastrophiques si dès aujourd’hui la lutte contre les émissions de GES d’origine anthropique ne devient pas une priorité à l’échelle internationale.

La lutte contre le réchauffement climatique : où en est-on aujourd’hui ?

Du premier sommet de la Terre à Stockholm en 1972 à aujourd’hui…

Les grandes dates de la lutte contre le changement climatique et les émissions de gaz à effet de serre à retenir…

1972 : Premier Sommet de la Terre à Stockholm
Prise en compte de l’environnement au niveau international pour la première fois

1987 : Rapport Brundtland
Naissance du concept de Développement Durable et adoption d’une définition internationale

1992 : Sommet de la Terre à Rio
Marque l’avènement d’une prise en compte accrue de la notion de développement durable par la communauté internationale

1997 : Protocole de Kyoto
Premier protocole de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial

2002 : Sommet de la Terre à Johannesburg
Les chefs d’États prennent conscience de l’urgence du changement climatique avec le célèbre discours du président de la République Française, Jacques Chirac, « notre maison brûle et nous regardons ailleurs… »

2011 : Conférence de Durban
Un accord avec l’ensemble des pays de la communauté internationale (y compris les États-Unis et les pays émergents absents du protocole de Kyoto) devra être adopté avant 2015

2012 : Sommet de la Terre à Rio (Rio+20)
Un bilan du protocole de Kyoto sera fait et les contours du nouvel accord de 2015 devraient être discutés

Les changements climatiques déjà observés et ce qu’il pourrait arriver…

Les éléments déjà observés

Le réchauffement du système climatique est maintenant évident dans les
observations de l’accroissement des températures moyennes mondiales
de l’atmosphère et de l’océan, la fonte généralisée de la neige et de la
glace et l’élévation du niveau moyen de la mer :

  • la vitesse moyenne du réchauffement de l’atmosphère, au cours des cent dernières années, est de 0,74 °C/siècle (0,9 °C en France) ;
  • quatorze des quinze dernières années figurent en tête du palmarès des années les plus chaudes depuis 1850 ;
  • le niveau de la mer s’est élevé de 17 cm au cours du XXe siècle et de 3,4 mm par an entre 1993 et 2008, soit le double de la moyenne enregistrée durant tout le XXe siècle.

Les impacts à venir …

Les impacts du changement climatique augmenteront au fur et à mesure
de la hausse de la température mondiale – les simulations scientifiques
prévoient, dans le cas le plus optimiste, une poursuite du réchauffement
global d’au moins 1,1 °C supplémentaire d’ici à 2100 et, dans le cas le
plus pessimiste, jusqu’à 6,4 °C.

Ces impacts se traduiront, au niveau mondial, dans au moins cinq domaines :

  • une multiplication de certains événements météorologiques extrêmes : inondations, sécheresses, canicules
  • un bouleversement de nombreux écosystèmes : extinction possible de 20 % à 30 % des espèces animales et végétales
  • des crises liées aux ressources alimentaires : crises alimentaires plus fréquentes aux conséquences graves (mouvements sociaux, migrations)
  • des risques sanitaires : prolifération de virus et maladies en tout genre facilité par des conditions climatiques chaudes et humides
  • des déplacements de population : l’augmentation du niveau de la mer devrait provoquer l’inondation de certaines zones côtières et causer la disparition de pays entiers (Maldives, Tuvalu), provoquant d’importantes migrations

Pour en savoir plus : la synthèse du 4° rapport du GIEC sur le changement climatique paru en 2007

Le bilan 2011 du PDA

Après 6 mois de vie, et avant le comité de pilotage de février, il est tant de dresser un bilan fin 2011 du Plan de Déplacement des Administrations de Tulle.

Sur les 43 sous-actions inscrites au plan d’actions du PDA, bon nombre ont déjà été mises en place en cette fin d’année. De nombreuses actions de communication ont eu lieu, mais aussi des actions plus concrètes comme la réservation de places de covoiturage au sein du parking privatif de la cité, l’acquisition d’un vélo électrique au sein de la DDT et d’une voiture tout électrique à la préfecture pour la mutualisation du courrier, la réalisation d’une enquête électronique pour constituer des familles de co-voitureurs, et bien d’autres encore.

Pour l’heure, les graphiques suivants montrent l’état d’avancement des actions du PDA suivant leur classification de court-moyen-long terme.

Les actions à court-terme :

Les actions à moyen-terme :

Les actions à long-terme :

Les précédents numéros

La lettre du Plan de Déplacement des Administrations

 

Directeur de la publication : Sophie THIBAULT, Préfet de la Corrèze

Rédacteur en chef : Denis DELCOUR, Directeur Départemental des Territoires

Comité de rédaction : Jean-Charles MOUREY, Éric SAUBION