PDA N°06 - Janvier 2012
 

Editorial

Pour un permis d’éco-conduire !

Si l’automobile est devenue désormais un mode de déplacement confortable et bien pratique, nous savons que son utilisation présente des effets secondaires : dégradation de l’environnement, insécurité routière, individualisation de la société… Il s’agit désormais de s’interroger sur sa façon de se déplacer.

Même si depuis plusieurs années, les entreprises - publiques ou privées - ont intégré dans les programmes de formation de leurs employés, des séances d’éco-conduite, le co-voiturage prend aussi une place de plus en plus importante.

Nous devons pourtant aller plus loin :

  • Dès le plus jeune âge, l’apprentissage de l’éco-conduite, doit permettre à chacun de mieux se déplacer, se conduire ou conduire, et pas seulement au regard du code de la route ;
  • Pour les plus jeunes, réapprendre le déplacement à pied et adopter des modes d’éco-déplacements tels que le pédibus (autobus pédestre) et le vélibus (autobus cycliste) ;
  • Pour ceux en âge de conduire un véhicule léger, adopter une conduite apaisée, mieux prendre en compte les usagers vulnérables (piétons, cyclistes et deux roues motorisés), préférer les déplacements collectifs (transports en commun)…

Pour toutes ces bonnes raisons, l’éco-conduite doit être un comportement de tous les jours, un véritable réflexe : elle doit être enseignée à l’école, encouragée par les parents et les chefs d’entreprises, et faire l’objet d’un véritable examen (théorie et pratique).


Parce que l’éco-conduite doit être l’écho de notre conduite !

Brahim LOUAFI,
Responsable de l’unité sécurité routiére


Les principes de l’éco-conduite

L’écoconduite, ou conduite économique, est une initiative populaire (typiquement mise en avant par les gouvernements européens) qui a pour objectif de populariser le concept d’attitudes de conduite visant à utiliser efficacement l’énergie parmi les professionnels et les particuliers.

Il y a 5 règles simples à suivre pour cela :

  • Changer les rapports à bas régime moteur (pour les véhicules à boîte de vitesse manuelle) ou shiftup up (pour les anglophones) ;
  • Maintenir une vitesse stable ;
  • Utiliser un régime moteur le plus bas possible ;
  • Anticiper le trafic et rouler zen ;
  • Entretenir son véhicule.

Les gestes à éviter

Les surcharges
Le poids additionnel sur un véhicule entraîne un accroissement de la résistance au roulement du véhicule (friction entre la roue et la route plus importante). Il est donc important de ne pas sur-charger son véhicule, en particulier lorsque cela n’est pas nécessaire, comme par exemple :

  • Conserver certaines choses en permanence dans votre coffre et dans l’habitable ?
  • Garder dans le coffre de son véhicule, cela pendant quelques jours, le sac de 20 kg de litière pour chat parce que l’on a manqué de courage pour le sortir du coffre avec le reste des courses ?…

Ensuite, il faut bannir certains équipements sur le toit du véhicule, en particulier lorsque ces derniers sont vides… Le graphique ci-dessous montre la sur-consommation du véhicule en fonction du chargement d’objets sur la galerie d’un véhicule (la surconsommation présentée est donnée pour une vitesse de 120 km/h).

Les parcours inutiles
Le plus facile encore pour réduire sa consommation de carburant est encore de limiter l’utilisation de son véhicule au strict nécessaire et d’éviter tout parcours inutile.

Quelques conseils :

  • Éviter de prendre votre véhicule pour quelques centaines de mètres, une petite marche ou un tour en vélo est bien meilleur pour la santé ! Pour 15 minutes de marche (1 kilomètre parcouru environ), on émet environ 10 g de CO2 contre pour plus de 100 g pour presque tous les véhicules à moteur thermique sur le marché.
  • Optimiser vos parcours lorsque vous vous rendez dans plusieurs endroits consécutivement : éviter de revenir sur votre route lorsque vous pouvez l’éviter.
  • Voyez la possibilité de faire du co-voiturage, si vous êtes deux, cela évite un fois sur deux de prendre chacun son véhicule, tout le monde est gagnant.
  • Privilégier l’utilisation des moyens de transport en commun, surtout aux heures de pointes. Choisissez les moins polluants !

    La climatisation
    L’utilisation de la climatisation peut entraîner une hausse de la consommation de 0,2 à 0,5 l/100 km. Pour une baisse de 8°C dans l’habitacle par rapport à l’extérieur, cela revient à avoir un augmentation de consommation allant de 20 à 40% en ville !La climatisation consomme plus en ville que sur route ! La surconsommation est liés à l’alimentation du compresseur de la climatisation.

La climatisation reste un élément de confort des véhicules modernes et il est préférable de s’en passer ou de bien l’utiliser !

Quelques conseils :

  • L’été, ne mettez pas en marche la climatisation de votre véhicule avant de l’avoir aéré. Ouvrez au maximum les vitres conducteur et passager dans le premier kilomètre afin de réduire la température de l’habitable.
  • Lorsque la climatisation est en marche, ne pas laisser les fenêtres ouvertes.
  • Éviter d’utiliser la climatisation en hiver, c’est inutile ! Elle peut toutefois être utilisée ponctuellement pour favoriser le désembuage des vitres.
  • En ville, il est préférable d’ouvrir les vitres et de couper la climatisation : en effet, l’ouverture des vitres entraîne une hausse de 1% de la consommation, la climatisation entraîne un hausse de 20%.

NOTA : Pour certains véhicules hybrides, la climatisation est alimentée par les batteries du véhicule et par conséquent, le fonctionnement de la climatisation en ville n’a pas un aussi fort impact sur la consommation du véhicule. Toutefois, une hausse de la consommation est tout de même constatée.

Les autres avantages de l’éco-conduite

Outre la réduction de l’émission de gaz nocif pour l’environnement et l’économie de carburant réalisée, les autres avantages à pratiquer l’écoconduite sont :

  • 1° La réduction des coûts d’entretien du véhicule : Les organes du véhicule tels que systèmes de freinage, moteur, embrayage, transmission, suspensions et pneumatiques sont moins sollicités et par conséquent subissent moins d’usure.
  • 2° La diminution des risques d’accidents : La pratique de l’écoconduite entraîne le respect du code de la route, des distances de sécurité et une diminution de la vitesse des véhicules. Tout ceci conduite à améliorer la sécurité de nos routes et à une baisse des dommages physiques et matériels en cas d’accident.
  • 3° La baisse du niveau sonore des véhicules : La pratique de l’écoconduite permet de limiter la pollution sonore des véhicules en limitant le régime moteur et donc le bruit occasionné par les hauts régimes moteurs.
  • 4° La baisse du stress : Le stress est limité par l’anticipation des situations routières et par la pratique d’une conduite souple. L’anticipation permet d’éviter la majeure partie du temps un stress inutile, souvent lié à une situation d’urgence, donc mal anticipée.
  • 5° L’amélioration du confort : Le confort est amélioré à la fois pour le conducteur et pour les passagers grâce à la pratique d’une conduite beaucoup plus souple.

Testez vos connaissances en écoconduite

En survolant à l’aide de votre souris les mentions VRAI / FAUX, vous pouvez vérifier l’exactitude de votre réponse. Comptez 1 point pour chaque bonne réponse.

1. Une succession de freinages et de fortes accélérations peuvent entraîner une surconsommation de 20 à 40 %.

Vrai ou Faux


2. Quand on roule en ville, mettre la climatisation engendre un surplus de consommation de carburant de 5 % ?

Vrai ou Faux


3. Une conduite nerveuse en ville peut augmenter la consommation jusqu’à 40 %.

Vrai ou Faux


4. Passer de 130 km/h à 120 km/h sur l’autoroute permet de faire une économie de carburant de l’ordre d’1L/100 km.

Vrai ou Faux


5. A partir de 20 secondes d’immobilisation, couper le moteur de sa voiture permet d’économiser du carburant.

Vrai ou Faux


6. Pour économiser un maximum de carburant, il est recommandé de changer les vitesses aux alentours de 2 500 tours/minute pour les véhicules diesels.

Vrai ou Faux


7. Pour éviter une surconsommation de carburant, il est nécessaire de vérifier la pression des pneus d’une voiture tous les 2 mois.

Vrai ou Faux


8. En roulant au point mort, j’économise du carburant.

Vrai ou Faux


9. Avec une conduite apaisée, il est possible de réduire le risque d’accident de 10 à 15% environ.

Vrai ou Faux


10. Même avec une voiture récente, il est nécessaire de faire chauffer son moteur en hiver.

Vrai ou Faux

Plus de 8 pts : bravo vous avez intégré l’éco conduite et il ne fait pas de doute que vous saurez la promouvoir autour de vous.
De 4 à 8 pt : encore un effort…..
Moins de 4 pts : en mettant en oeuvre les conseils de cette lettre vous ne pourrez qu’améliorer vos résultats…

Les précédents numéros

La lettre du Plan de Déplacement des Administrations

 

Directeur de la publication : Sophie THIBAULT, Préfet de la Corrèze

Rédacteur en chef : Denis DELCOUR, Directeur Départemental des Territoires

Comité de rédaction : Jean-Charles MOUREY, Éric SAUBION